publication . Article . Preprint . 2021

Confinement et chômage en France

Kandoussi, Malak; Langot, François;
French
  • Published: 12 Jan 2021
  • Publisher: HAL CCSD
  • Country: France
Abstract
Nous développons un modèle d’appariement multisectoriel qui reproduit l’impact du premier confinement sur le chômage français, en tenant compte des impacts contrastés entre divers types d’emplois. Nous identifions la taille des restrictions sur les ventes qui ont frappées chaque segment du marché du travail, mais également les recours hétérogènes aux mesures de chômage partiel, mettant ainsi en évidence l’impact inégal du onfinement. Ces résultats sont obtenu grâce à un modèle original d’appariement intégrant (i) des risques microéconomiques variants dans le temps, (ii) des externalités de congestion dans le processus de recrutement et (iii) des rigidités de salaires. La persistance générée par notre modèle, nettement plus importante que dans le modèle de Diamond-Mortensen-Pissarides suggère qu’un retour au niveau de chômage d’avant la crise pourrait être atteint en 2023 (2024) dans un scénario à une (double) vague, alors que les mesures de chômage partiel permettent de diviser par deux ces durées d’ajustement.
Persistent Identifiers
Subjects
free text keywords: hétérogénéité des travaileurs, appariement, chômage, COVID-19, Codes JEL : E24, E32, J64, [SHS]Humanities and Social Sciences, Political Science and International Relations

15. Voir l'annexe A pour plus de détails sur la solution du problème de l'entreprise.

16. Voir, entre autres, Blanchard and Gali (2010), Christiano et al. (2016), Leduc and Liu (2019) ou encore Nicolas Petrosky and Zhang (2020). Ces articles montrent que les modèles DSGE avec un marché du travail à la DMP doivent introduire des rigidités de salaire réel pour rendre compte des caractéristiques observées du cycle économique. Les études empiriques de Kurmann and McEntarfer (2019) et Jardim et al. (2019) montrent qu'environ 20 % des personnes ayant conservé leurs emplois ont subi des réductions de salaires nominaux pendant la récession, tandis que moins de 10 % ont vu leurs gains gelés. Voir aussi la revue de littérature de Elsby and Solon (2019).

17. Ils montrent que les revenus des travailleurs qui restent employés pendant la crise de la COVID-19 ne changent pas de façon atypique pendant cette période.

Any information missing or wrong?Report an Issue