Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to COVID-19. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
351 Research products, page 1 of 36

  • COVID-19
  • Publications
  • Research software
  • Other research products
  • Open Access
  • French
  • Hyper Article en Ligne
  • Hal-Diderot

10
arrow_drop_down
Relevance
arrow_drop_down
  • Open Access French
    Authors: 
    Meddy Escuriet; Mauricette Fournier; Théo Sanson;
    Publisher: Association d’Économie Politique
    Country: France

    International audience; This contribution focuses on the impact of the COVID-19 pandemic on French support and work assistance establishment (ESAT) based on interviews conducted with managers of institutions located in rural and urban areas of the Auvergne-Rhône-Alpes region (France). In order to situate the ESAT in their national context, a first section is devoted to recalling the genesis and functioning of this system, which was set up to promote the social and occupational integration of workers with disabilities, whose originality lies in the articulation of a medico-social logic with an economical logic. We then try to show how the ESAT have organized themselves to provide medico-social support for workers with disabilities despite the obligation of distancing. Then, analyzed through the prism of territorial anchoring and the concept of proximity associated with it, we will focus on the impact of confinement on the economic balance of these establishments to show that the health crisis has less affected the establishments in predominantly agricultural vocation established in rural areas than those, more oriented towards industrial subcontracting, located in urban areas.; Cette contribution s’intéresse à l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les Établissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) français à partir d’entretiens conduits auprès de directeurs d’établissements situés dans le milieu rural et urbain de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (France). Afin de situer les ESAT dans leur contexte national, un premier temps est consacré à rappeler la genèse et le fonctionnement de ce dispositif, mis en place pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle des travailleurs en situation de handicap, dont l’originalité réside dans l’articulation d’une logique médico-sociale à une logique économique. Nous cherchons ensuite à montrer comment les ESAT se sont organisés pour assurer l’accompagnement médico-social de leurs travailleurs malgré l’obligation de distanciation. Puis, analysé au prisme de l’ancrage territorial et de la notion de proximité qui lui est associée, nous nous intéressons à l’impact du confinement sur l’équilibre économique de ces établissements pour montrer que la crise sanitaire a moins affecté les établissements à vocation majoritairement agricole implantés en milieu rural que ceux, plus orientés vers la sous-traitance industrielle, localisés en milieu urbain.

  • Open Access French
    Authors: 
    Gaille, Marie; Terral, Philippe; Askenazy, Philippe; Aubry, Regis; Bergeron, Henri; Becerra, Sylvia; Blanchon, David; Borraz, Olivier; Bonnefoy, Laurent; Borst, Gregoire; +63 more
    Country: France

    Research in the humanities and social sciences (HSS), which is regularly asked the question of its "usefulness", has been massively mobilized in the first part of the year 2020, both by the media and institutions. It has shown itself to be highly responsive, adapting its schedules and objectives, and modifying its intervention formats (webinars, distance learning courses). It was much present, despite the inequalities generated by the lockdown, particularly in terms of gender. The aim of this work is to offer the reader an analysis mobilizing the work of the SHS as a whole. Without claiming to be exhaustive, it weaves the threads, through the questions it addresses, from one discipline to another, composing a whole in which the social sciences and humanities resonate with one another, deploy their complementarity, and create a common analysis. Its objective is to emphasize the existence of a scientific capital of the HSS as such, to address the various questions raised by the Covid-19 pandemic. Current HSS research on the pandemic, its political management, and its stakes, is not developed ex nihilo. While taking the measure of the specificity of the present times, it is based on a set of theoretical frameworks, methods and analyses elaborated in other contexts, remobilized, updated and enriched in the light of the issues associated with the Covid 19 pandemic. Moreover, this work aims at taking into account from the outset the global dimension of the pandemic, and not just the French situation. Thus, several national and even continental contexts are explored on one point or another and the global dimension of the pandemic is taken into account as such. Finally, this document also looks at the very way in which the humanities and social sciences were mobilized in France in the context of the Covid 19 pandemic, at the collaborative forms and multidisciplinary practices particularly adopted in the face of this pandemic. It is structured in five parts: the first deals with the way in which the HSS make the crisis a question and an object of knowledge (A - From the framing of the crisis in the public space to the crisis as an object of knowledge - the example of France). The second addresses a salient point of the analyses developed over the last few months, which consider the pandemic as a revealer, or even an amplifier of pre-existing issues (B). Then, the third part looks at the societies and governments confronted with the pandemic (C), in other words, the forms of crisis management by the political power, the mobilization of science and the exercise of power, as well as the measures taken and the attitudes of the populations with regard to these measures. The fourth part presents the way in which the time of the pandemic has been characterized by questions about the future, questions which in turn give rise to orientations for HSS research (D. Reinventing ourselves in times of pandemic). Finally, the fifth and last part invites the reader to discover how the HHS involved itself in times of pandemic, how they collaborated together and undertook to document the health crisis in the heat of the moment, while accepting to consider new questions, and adopt new methods under the effect of this crisis (E. When the crisis invites collaboration and reflection on the "transfer" of knowledge).; La recherche en sciences humaines et sociales (SHS), à qui l’on pose régulièrement la question de son « utilité », a été massivement mobilisée dans la première partie de l’année 2020, tant par les médias et les institutions. Elle s’est montrée d’une grande réactivité, en adaptant ses calendriers et ses objectifs, en modifiant ses formats d’interventions (wébinaires, cours en distanciel). Chercheuses et chercheurs, enseignant(e)s-chercheurs ont été présents, et ce malgré des inégalités générées par le confinement dans le travail de recherche, notamment en termes de genre. Le présent travail a pour ambition de proposer à son lecteur une analyse mobilisant les travaux des SHS dans leur ensemble. Sans prétendre à l’exhaustivité, il tisse les fils, à travers les questions qu’il aborde, d’une discipline à une autre, composant un ensemble dans lequel les SHS entrent en résonance les unes avec les autres, déploient leur complémentarité, et créent une analyse commune, qu’elles relèvent plutôt des sciences sociales ou des humanités. Il a pour objectif de rendre manifeste un capital scientifique des SHS en tant que telles, pour aborder les différents questionnements que suscite la pandémie de Covid-19. La recherche actuelle en SHS sur la pandémie, sa gestion politique, et ses enjeux, ne s’élabore pas ex nihilo. Tout en prenant la mesure de la spécificité des temps présents, elle s’appuie sur un ensemble de cadres théoriques, de méthodes, d’analyses élaborés dans d’autres contextes, remobilisés, réactualisés, enrichis à la lumière des problématiques associées à la pandémie de Covid 19. Par ailleurs, le parti-pris de ce travail a été de tenir compte d’emblée de la dimension mondiale de la pandémie, et de ne pas s’en tenir à la situation française. Ainsi, plusieurs contextes nationaux, voire continentaux sont explorés sur tel ou tel point et la dimension mondiale de la pandémie y est prise en compte en tant que telle. Enfin, ce document s’intéresse aussi à la manière même dont les sciences humaines et sociales se sont mobilisées, en France, dans le contexte de la pandémie de Covid 19, aux formes collaboratives, aux pratiques pluridisciplinaires particulièrement adoptées face à cette pandémie. Il se structure en cinq parties : la première porte sur la manière dont les SHS font de la crise une question et un objet de connaissance (A – Du cadrage de la crise dans l’espace public à la crise comme objet de connaissance - l’exemple de la France). La seconde aborde un point saillant des analyses élaborées au cours des derniers mois, qui envisagent la pandémie comme un révélateur, voire un amplificateur d’enjeux pré-existants (B). Puis, la troisième partie s’intéresse aux sociétés et aux gouvernements confrontés à la pandémie (C), autrement dit aux formes de la gestion de la crise par le pouvoir politique, à la mobilisation des sciences et à l’exercice du pouvoir, ainsi qu’aux mesures prises et aux attitudes des populations au regard de ces mesures. La quatrième partie présente la façon dont le temps de la pandémie a été traversé de questionnements pour le futur, questionnements qui à leur tour impriment des orientations pour la recherche en SHS (D. Se réinventer en temps de pandémie). Enfin, la cinquième et dernière partie invite le lecteur à découvrir comment les SHS se sont mobilisées en temps de pandémie, comment elles ont collaboré et entrepris de documenter à chaud la crise sanitaire tout en acceptant de voir se renouveler questions, objets, méthodes sous l’effet de cette crise (E. Quand la crise invite aux collaborations et à une réflexion sur le « transfert » des connaissances).

  • Publication . Article . 2020
    Open Access French
    Authors: 
    Dylan Juckel; Jean Dubuisson; Sandrine Belouzard;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Les coronavirus sont une famille de virus qui infectent un grand nombre de mammifères et d’oiseaux. Cette famille de virus est connue pour sa capacité à franchir les barrières d’espèces et à en infecter de nouvelles. La pandémie actuelle de COVID-19 (coronavirus disease 19) est la conséquence de la troisième émergence de coronavirus, la plus récente, dans la population humaine depuis le début du siècle, celle du SARS-CoV-2 (severe acute respiratory syndrome coronavirus 2). Les coronavirus sont des virus enveloppés à ARN simple brin de polarité positive, qui, comme tous les virus, exploitent la machinerie cellulaire pour se multiplier. À ce jour, il n’existe aucun vaccin ni traitement antiviral spécifique pour lutter contre les coronavirus, mais plusieurs pistes thérapeutiques sont explorées pour traiter le COVID-19.

  • Open Access French
    Authors: 
    Benoit Conti; Sophie Baudet-Michel; Charlène Le Neindre;
    Publisher: Espaces et SOciétés (UMR 6590)
    Country: France

    International audience; Les lits de réanimation ont été particulièrement mobilisés lors de l’épidémie de Covid-19 pour les malades les plus critiques. Cet article propose d’analyser l’évolution de la géographie de cet équipement en France à deux échelles d'espace et pour deux types de situations : aux échelles régionale et interurbaine et en périodes de crise sanitaire (année passée) et de réforme hospitalière (10 dernières années). Sur les 10 années passées de réforme sanitaire (2008-2018), des indicateurs courants de stock et densités de lits sont utilisés pour mettre en valeur la dynamique d'équipement en lits de réanimation. Les résultats montrent une stabilité du nombre de lits, mais une baisse des densités, en raison notamment de la croissance de la population. Par ailleurs, une redistribution spatiale des lits de réanimation s'est effectuée tant au niveau des aires urbaines que des régions. Elle a abouti à une concentration des lits dans un plus petit nombre d'aires urbaines et à une convergence des densités de lits au niveau des régions. Pour la situation de crise sanitaire, une mesure inédite de potentiel théorique de transformation de certains lits hospitaliers en lits de réanimation est proposée à partir de la dernière date de recensement des lits hospitaliers (2018). Cette mesure permet d'observer que les aires urbaines et les régions disposent de potentiels distincts. Les régions les moins équipées en lits de réanimation par habitant possèdent les potentiels de transformation les plus élevés.

  • Publication . Other literature type . Article . 2020
    Open Access French
    Authors: 
    Fabien Bourlon;
    Publisher: Université du Québec à Montréal
    Countries: France, Canada

    Avec la crise du coronavirus, les destinations lointaines de nature comme la Patagonie chilienne sont inquiètes d’un effondrement du tourisme. Les communautés locales, apeurées par les risques liés à l’accueil de visiteurs, se replient et se protègent. Les entrepreneurs espèrent un rapide retour à la « normalité » d’une zone relativement épargnée par la COVID-19, mais craignent la fin du boom touristique, car prendre l’avion restera anxiogène dans un contexte de pandémie. Ces destinations devraient recentrer leur offre afin de capter une clientèle de proximité, mais cela semble un défi peu rentable pour les zones isolées. Alors que les entrepreneurs affinent leur plan marketing et les services d’État leurs protocoles d’accueil sécurisés, les animateurs de projets touristiques écologiques, axés sur la conservation, le tourisme rural et les migrations d’agrément, font valoir leurs atouts. L’actuelle crise pourrait mettre fin au tourisme de masse, à l’hypermobilité vers des hauts lieux et aux projets basés sur la rentabilité. La crise socioenvironnementale globale est l’occasion de repenser les rapports à la nature et de renforcer les systèmes touristiques locaux, pensés comme des lieux de vie, basés sur des économies rurales respectueuses de l’environnement, les échanges culturels, scientifiques et traditionnels, attirants autant pour les clientèles nationales qu’étrangères. With the coronavirus crisis, remote nature destinations like Chilean Patagonia are worried of a possible collapse of tourism. Local communities, frightened by the risks of welcoming visitors, are withdrawing and protecting themselves. Entrepreneurs hope for a rapid return to “normality” in an area relatively untouched by COVID-19 but they fear the end of the tourism boom, as flying will remain an anxiety-provoking issue in a post-pandemic situation. These destinations have to refocus their offer in order to capture a national clientele, but this seems an unprofitable challenge for isolated areas. While entrepreneurs are refining their marketing plans and government services are establishing their secure reception protocols, leaders of ecological and conservation tourism projects along with rural tourism and leisure migration stakeholders are highlighting their assets. The current crisis could put an end to mass tourism, hypermobilities, projects based on high profitability and overtourism in iconic places. In that sense, the present global socioenvironmental crisis is an opportunity to rethink our relationship with nature and seek ways to strengthen local tourism systems, conceived as places to live and based on environmentally friendly rural economies, cultural, scientific, and traditional exchanges, attractive both to national and foreign visitors.

  • Open Access French
    Authors: 
    Eric Gobe;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; The Covid-19 crisis occurred at a time when the economic situation was already critical. It led to an 8.6% drop in GDP, the largest in the Maghreb excluding Libya. The general containment of March-April certainly made it possible to control a first wave of the epidemic "but at the cost of a massive recessionary effect (a 19% drop in GDP in the second quarter on a quarterly basis). Tourism (5% of GDP, but up to 14% of GDP indirectly), already in a bad way, collapsed. The epidemic rebound in the autumn led to the return of restrictive measures from October onwards, which hampered the economic recovery. The social protest movements that grew strongly in November and December (see focus) continued into early 2021 with the outbreak of a wave of urban riots that were violently repressed by the forces of order. In economic conditions that have been severely degraded by the impact of the Covid-19 epidemic, it is not completely unthinkable that the security establishment, which is in the process of becoming autonomous, may have a desire to regain authoritarian control over a parliamentary regime that is entangled in conflicts over institutional politics and collective action, which it considers to be chaos.; La crise du Covid-19 est intervenue dans une conjoncture déjà marquée par une situation économique critique. Elle a entraîné un recul du PIB de 8,6 %, le plus important du Maghreb hors Libye. Le confinement général de mars-avril a certes permis de contrôler une première vague épidémique « mais au prix d’un effet récessif massif (chute du PIB de 19% au deuxième trimestre en glissement trimestriel) » . Le tourisme (5 % du PIB, mais jusqu’à 14 % du PIB de manière indirecte), déjà mal en point, s’est effondré. Le rebond épidémique de la rentrée a provoqué le retour des mesures restrictives à partir d’octobre qui ont obéré la reprise économique. Les mouvements de protestations sociales qui ont connu une forte croissance en novembre et décembre (voir le focus) se sont prolongés au début de 2021 avec le surgissement d’une vague d’émeutes urbaines violemment réprimées par les forces de l’ordre. Dans des conditions économiques fortement dégradées par l’impact de l’épidémie de Covid-19, il n’est pas complètement impensable que l’institution sécuritaire, en voie d’autonomisation, ait des velléités de reprise en main autoritaire face à un régime parlementaire empêtré dans des conflits de politique institutionnelle et des actions collectives assimilées par elle au chaos.

  • Open Access French
    Authors: 
    Chiappini, Raphaël; Guillou, Sarah;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    1 ■ La France est excédentaire dans les secteurs de la pharmacie et de la chimie. Elle est plus à la peine dans celui du matériel médical et partage avec les autres pays riches un fort déficit dans le secteur du textile. Les importations de produits chimiques et pharmaceutiques proviennent plus d'Europe que d'Asie. 2 ■ Les intrants nécessaires à la production dans ces secteurs proviennent égale-ment plus d'Europe que d'Asie mais la part des intrants chinois a fortement augmenté, notamment dans l'industrie chimique. 3 ■ La crise de la COVID-19 a déclenché de fortes tensions sur l'approvisionnement de produits spécifiques comme les ventilateurs, les masques et tout autre équi-pement de protection. En l'espèce, la part importée de ces produits est très élevée, en particulier en France. Les prix de ces produits ont fortement augmenté, surtout quand l'offreur était en situation de monopole comme la Chine dans le textile. 4 ■ L'identification des produits critiques dépend du niveau d'observation mais même un niveau très désagrégé peut se montrer insuffisant à révéler les straté-gies des acteurs commerciaux qui importent pour réexporter. 5 ■ La France est vulnérable aux tensions d'approvisionnement sur les produits et équipements médicaux et notamment sur les réactifs pour réaliser les tests séro-logiques. Elle a intérêt, ainsi que les autres États européens, à anticiper une réponse européenne à de possibles tensions sur ce produit, principalement fourni par les États-Unis.

  • Open Access French
    Authors: 
    Nicolas Bacaër;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    On étudie un modèle mathématique de type S-E-I-R à deux phases, inspiré de l’épidémie actuelle de coronavirus. Si les contacts sont réduits à zéro à partir d’une certaine date T proche du début de l’épidémie, la taille finale de l’épidémie est proche de celle que l’on obtient en multipliant le nombre cumulé de cas R(T) à cette date par la reproductivité ℛ0 de l’épidémie. Plus généralement, si les contacts sont divisés au temps T par q > 1 de sorte que ℛ0/q<1, alors la taille finale de l’épidémie est proche de R(T) ℛ0 (1−1/q)/(1−ℛ0/q). On ajuste approximativement les paramètres du modèle aux données relatives au coronavirus en France.

  • Publication . Article . 2020
    Open Access French
    Authors: 
    P. Debré;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, l’espérance de vie était de 25 ans dans les pays d’Europe, proche alors de celle de la préhistoire. À cette époque, nos ancêtres succombaient, pour la plupart, à une infection bactérienne ou virale, quand la mort n’était pas le résultat d’un épisode critique, comme la guerre ou la famine. Un seul microbe suffisait à terrasser de nombreuses victimes. L’épidémie de SARS-CoV-2 est là pour nous rappeler que ce risque est désormais à nouveau d’actualité. Si son origine zoonotique par la chauve-souris est probable, la contamination interhumaine montre son adaptation rapide à l’homme et permet d’évoquer ainsi la transmission des épidémies, qu’elle soit ou non liée à des vecteurs, ces derniers pouvant représenter dans d’autres occasions un des maillons de la chaîne.

  • Open Access French
    Authors: 
    Réjane Sénac;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Le mouvement de réappropriation des espaces physiques et virtuels de parole pour dénoncer les injustices et ceux qui les commettent a pris des formes multiples : de l’occupation de places publiques à la libération de la parole contre les violences systémiques, sexistes et racistes en particulier, via des mouvements comme #MeToo et #OnVeutRespirer. Les féminismes contemporains s’inscrivent ainsi dans un contexte de mobilisation caractérisé par la défiance vis-à-vis d’une démocratie représentative perçue comme confisquée par les élites et par un horizon de « convergence des luttes » ne recomposant pas l’hégémonie d’un critère ou d’une idéologie. Comment, dans la société française contemporaine, l’entrecroisement des urgences écologique, sociale et sanitaire questionne-t-il le rapport à l’engagement, en particulier féministe? Cette interrogation est appréhendée à partir d’une enquête qualitative, menée de juillet 2019 à août 2020, auprès de plus de 120 responsables associatifs féministes, anti-racistes, écologistes, antispécistes, pour la justice sociale et/ou de lutte contre la pauvreté, mais aussi d’activistes avec des affiliations plurielles et fluides. Après avoir abordé la manière dont la question du « faire commun » se pose dans l’ère de la Covid-19 et des controverses autour de la « cancel culture », nous examinerons comment les féminismes contemporains sont mis à l’épreuve par l’horizon d’une émancipation partagée dans une interdépendance apaisée.