Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to COVID-19. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
2,377 Research products, page 1 of 238

  • COVID-19
  • FR
  • French
  • Hal-Diderot
  • HAL-Lyon 3
  • HAL - UPEC / UPEM

10
arrow_drop_down
Date (most recent)
arrow_drop_down
  • Open Access French
    Authors: 
    Kubler, Bérénice; Arezki, Djelloul; Soldo, Edina;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; Cet article questionne la capacité des musées français à faire preuve de résilience organisationnelle face à la crise sanitaire. La nature complexe et contingente de ces établissements nous a conduits à employer une méthodologie exploratoire holistique à même de répondre à leurs caractéristiques. Nous avons construit, sur la base de données secondaires (rapports officiels, guides et webinaires), une taxonomie pragmatique selon la méthode de Grémy et Le Moan (1977), permettant ainsi de répondre à une confusion généralisée dans les sciences humaines et sociales sur les procédures de classification. Cinq dimensions ressortent dans cette taxonomie, révélant la capacité de résilience muséale.

  • Open Access French
    Authors: 
    Vinot, Didier;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; The COVID-19 pandemic brings to light an obvious fact that has been forgotten for 20 years: health cannot be treated as a commercial good, and consequently, hospitals cannot be managed like companies. The current situation should help us to conceive of a different hospital for tomorrow. However, the problem of the hospital is more structural than cyclical. Onwhat basis can these principles be rethought? After a diagnosis of the structural blockages in hospitals, principles are put forward to propose the bases of a hospital management renewed by the values of care.; La pandémie du Covid-19 a fait apparaître une évidence oubliée depuis 20 ans : la santé ne peut pas être traitée comme un bien marchand, et donc, l’hôpital ne peut pas être géré comme une entreprise. L’événement conjoncturel que nous vivons doit mieux aider à penser un autre hôpital pour demain. Or, la problématique de l’hôpital est plus structurelle que conjoncturelle. Mais sur quellesbases pourraient être repensés ces principes ? Après un diagnostic des blocages structurels des hôpitaux, nous proposons les fondements d’un management hospitalier renouvelé par les valeurs du soin.

  • Open Access French
    Authors: 
    Do, Hien; Benoit, Benjamin;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • Open Access French
    Authors: 
    du Boys, Céline; Bertolucci, Marius;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; This article examines how France, a model of centralism, responded during the first phase of the Covid-19 crisis between January and October 2020. The theoretical framework of intergovernmental relations is mobilized to reflect on the successes and failures of our administrative-political system in the face of the pandemic. The article is based on a qualitative and quantitative analysis of reports and speeches published by institutional actors during the crisis and shows relations in permanent tension between hyper-centralization and the development of a more flexible and reactive horizontal governance.; Cet article étudie la façon dont la France, modèle de centralisme, a réagi lors de la première phase de la crise de la Covid-19 entre janvier et octobre 2020. Le cadre théorique des relations intergouvernementales est mobilisé pour réfléchir les réussites et les échecs de notre système administrativo-politique face à la pandémie. L’article s’appuie sur une analyse qualitative et quantitative des rapports et discours publiés par les acteurs institutionnels pendant la crise et montre des relations en tension permanente entre une hyper-centralisation et le développement d’une gouvernance horizontale plus souple et réactive.

  • Publication . Part of book or chapter of book . 2022
    French
    Authors: 
    Jean Moscarola; Aurélie Dudézert; Chantal Fuhrer; Florence Laval; Michel Kalika; Olivier Lavastre;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • French
    Authors: 
    Hache, Florine;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    COVID-19 screening is more of a hot topic than ever when, every day, hundreds of thousands of new cases are detected around the world. Testing for SARS-CoV-2 is essential and yet still imperfect. This manuscript is divided into two parts. First, a bibliographic section, which takes stock of current knowledge around canine olfactory detection at the service of Humans and particularly around the canine olfactory detection of SARS-CoV-2. The results observed are very promising since the canine olfactory detection would have reliability close to that of the RT-PCR test. Secondly, an experimental part, based on a survey aimed at the general public across the Globe. No survey to assess the positioning of the general public around the world about the canine olfactory detection of COVID-19 had yet been undertaken. A questionnaire was developed by the French team Nosaïs, which was subsequently translated into six other languages and disseminated across continents with the notable help of WHO. Although the lack of representativeness of the samples did not allow the use of inference, some major trends could be extracted from the results of the questionnaires. The vast majority of respondents around the world show great enthusiasm and total acceptance of canine olfactory detection of COVID-19. However, Chinese respondents are the opposite of these observations by opposing the implementation of this screening method. Russian respondents are more mixed, since they do not show much interest in this method, but do not oppose its use. The comments left by respondents at the end of the questionnaires helped to target their concerns, which are mostly ethical and scientific. The results of this study could prompt governments in many countries to allow the implementation of canine olfactory detection for testing for COVID-19 or other diseases in the event of future pandemics. The results could also serve as a basis for future studies on the positioning of the general public vis-à-vis canine olfactory detection.; Le dépistage de la COVID-19 est plus que jamais un sujet d'actualité quand, chaque jour, des centaines de milliers de nouveaux cas sont détectés à travers le monde. Les tests de dépistage du SARS-CoV-2 sont indispensables et pourtant encore imparfaits. Ce manuscrit s'articule en deux parties. Premièrement, une partie bibliographique, qui fait le point sur les connaissances actuelles autour de la détection olfactive canine au service de l'Homme et plus particulièrement autour de la détection olfactive canine du SARS-CoV-2. Les résultats observés sont très prometteurs puisque la détection olfactive canine aurait une fiabilité proche de celle du test par RT-PCR. Deuxièmement une partie expérimentale, basée sur une enquête à destination du grand public à travers le Globe. Aucune enquête visant à évaluer le positionnement du grand public à travers le monde vis-à-vis de la détection olfactive canine de la COVID-19 n'avait encore été entreprise. Un questionnaire a été élaboré par l'équipe française Nosaïs, par la suite traduit en six autres langues et diffusé à travers les continents avec l'aide notable de l'OMS. Même si le manque de représentativité des échantillons n'a pas permis d'avoir recours à l'inférence, quelques grandes tendances ont pu être extraites des résultats des questionnaires. La grande majorité des répondants à travers le monde présente un grand engouement et une totale acceptation de la détection olfactive canine de la COVID-19. Les répondants chinois se placent cependant à l'opposé de ces observations en s'opposant à la mise en place de cette méthode de dépistage. Les répondants russes sont plus mitigés, puisqu'ils ne montrent pas un grand intérêt pour cette méthode, mais ne s'opposent pas pour autant à son utilisation. Les commentaires laissés par les répondants à la fin des questionnaires ont permis de cibler leurs inquiétudes, qui sont majoritairement d'ordre éthique et scientifique. Les résultats de cette étude pourraient inciter les gouvernements de nombre de pays à autoriser la mise en oeuvre de la détection olfactive canine pour le dépistage de la COVID-19 ou d'autres maladies dans le cas de futures pandémies. Les résultats pourraient en outre servir de base pour de futures études sur le positionnement du grand public vis-à-vis de la détection olfactive canine.

  • French
    Authors: 
    Fastrez, Pierre; Féroc Dumez, Isabelle; Loicq, Marlène;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
  • French
    Authors: 
    Valex, Mathias; Goepfert, Eva-Marie;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; L’histoire médiatique française de la Covid-19 est indissociable de Didier Raoult, microbiologiste français et spécialiste des maladies infectieuses à l’Institut hospitouniversitaire de Marseille. « Le chercheur marseillais aux 2000 publications scientifiques » (La Provence, 10/03/20) est sollicité dans les médias comme un expert propre à démêler la situation sanitaire dès le mois de janvier 2020. Il est un expert légitime à produire un discours vrai (Foucault, 1969) et à accomplir la quête de l’éradication du virus. Justement, le 25 février 2020, celui-ci annonce sur sa chaine Youtube et dans une vidéo visionnée 790000 fois, que des tests seraient en train de démontrer l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre la Covid19. La molécule condense les espoirs d’une résolution de crise – « On ne parle que d'elle, on y croit fort. » (Libération, 24/03/20)– et devient l’un des sujets principaux d’un feuilleton médiatique, encore inachevé deux ans après ses premières évocations. En effet, dès le 18 mars 2020, des discours appelant à la réserve sur l’hydroxychloroquine transforment l’espoir et les promesses en doutes et défiance. La délégitimation de la molécule marque celle de son promoteur. Didier Raoult devient ainsi « le savant que le monde entier hésite à qualifier de génie ou d'imposteur » (Le Figaro, 02/04/20). Progressivement, l’expert consacré devient l’expert-sceptique (au sens légitimiste de Latour, 1989), le contre-expert (Bouzon, 2002) ou l’expert-dissident (Starck, L., 2020), quand il n’est pas un prophète contrevenant à l’« ethos de la science » (Merton, 1942). En nous intéressant à la « controverse érudite » (Lilti, 2007) autour de l’hydroxychloroquine, notre intervention veut observer la médiatisation évolutive de Didier Raoult. Plus précisément, nous proposons d’interroger comment, entre performance scientifique et performance publique extra-scientifique (Mignon, 2007), le « portrait du roi » Raoult (Marin, 1981) se raconte médiatiquement, dans la tension entre science et croyance et autour de ses « deux corps » (Kantorowicz, 1957) : son corps physique caractérisé par un style atypique détonnant et son corps scientifique qui légitime et rend visible son discours dissonant. A partir d’un corpus constitué de tous les discours produits sur Didier Raoult dans 4 médias traditionnels de la presse écrite (Libération, Le Figaro, La Provence et Le Parisien) entre le 30 janvier 2020 et le 31 octobre 20211, l’analyse des paradigmes désignationnels (Mortureux, 1988 et 1993) découvrent des parcours référentiels qui permettent de qualifier les incarnations médiatiques de Didier Raoult dans de multiples figures d’expertise. Du « médecin » au « druide », du « scientifique » au « messie », du « fonctionnaire » à l’ « icône antisystème », les reformulants trouvés par les journalistes et le public cité dans la presse, montrent comment Didier Raoult, devenu support de projection (Mignon, 2007), est une figure de croyance davantage que de science, marquée par des références autour de la popularité, la rébellion et le local, autorisant toutes les comparaisons : de Jésus Christ au Général de Gaulles, en passant par Astérix, Superman et Che Guevara. L’analyse de la représentation médiatique de Didier Raoult, sur le temps long de la crise sanitaire, nous permet enfin d’interroger le positionnement de la presse traditionnelle à son égard, à rebours des publics que les médias se représentent, cherchent à comprendre et catégorisent dans un réductionnisme social souvent caricatural et manichéen.« Et si les français avaient envie d’un gourou ? » (Le Parisien, 16/12/20)

  • French
    Authors: 
    Capgras, Jean-Baptiste;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience

  • Closed Access French
    Authors: 
    A. Challine; B. Dousset; J.H. Lefèvre; Y. Parc; S. Katsahian; A. Lazzati;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France

    International audience; IntroductionUn confinement national a été déclaré par les autorités gouvernementales le 12 mars 2020 pour limiter les risques de propagation du virus Sars-Cov2. L'activité au bloc opératoire a été annulée pour libérer des équipes paramédicales et médicales pour les réorienter vers les soins liés à la pandémie COVID19. Le but de cette étude était d’évaluer la baisse d'activité et la mortalité pendant le confinement, liées à la Covid-19.MéthodesTous les patients opérés en France d'une résection élective (oesophagectomie, gastrectomie, colectomie, proctectomie, pancréatectomie et hépatectomie) entre les 11ème-19ème semaines de 2019 et 2020 (période de confinement) ont été inclus via le PMSI. L'activité chirurgicale et la mortalité intra-hospitalière ont été étudiées. Les groupes 2019 et 2020 ont été appariés sur un score de propension, la région et l'acte chirurgical. Le calcul du score de propension intégrait l’âge, le sexe, le score de charleston, le statut nutritionnel, le diagnostic de cancer, un traitement néoadjuvant, et le volume d'activité du centre. Une analyse multivariée sur la mortalité a été réalisée incluant l'année et le statut COVID (symptomatique, asymptomatique, non-infecté).RésultatsEn 2019, 9801 résections ont été réalisées, contre 6008 en 2020 (-39 %). Cette diminution d'activité était plus marquée dans les zones de circulation du virus (rouge=-48 %, verte=-33 %). Les oesophagectomies étaient la chirurgie la plus touchées (-48 %), suivi des hépatectomies (-45 %), des proctectomies (-38 %), des colectomies (-37 %), et des gastrectomies (-33 %). La mortalité était de 2,5 % en 2019 et de 2,9 % en 2020. Après ajustement, il n'y avait pas d'augmentation de la mortalité pendant le confinement (OR=1,11 [0,87-1,41], p=0,391). La mortalité était significativement augmentée en cas d'infection COVID-19 qu'elle soit asymptomatique (OR=1,94 [1,23-2,95], p=0,003) ou symptomatique (OR=10,44 [5,32-19,18], p<0,001). La morbidité globale postopératoire augmentait en cas d'infection COVID-19 notamment les complications pulmonaires, les infections du site opératoires et les pathologies thromboemboliques.Discussion/ConclusionLa chirurgie digestive élective a baissé de 40 % pendant le confinement. La mortalité n’était pas augmentée, sauf en cas d'infection COVID-19.