Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to COVID-19. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
3 Research products, page 1 of 1

  • COVID-19
  • 2012-2021
  • Other ORP type
  • French National Research Agency (ANR)
  • French
  • Hal-Diderot
  • Hyper Article en Ligne
  • Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société

Date (most recent)
arrow_drop_down
  • French
    Authors: 
    Boyer, Pierre,; Gerschel, Elie; Raj, Anasuya;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: ANR | IPS (ANR-11-IDEX-0003)

    Approfondir l’intégration européenne? Résultats d’une enquête auprès des parlementaires nationaux allemands, français et italiens; L’Union économique européenne est incomplète, ce qui la rend vulnérable aux chocs macroéconomiques tels que la crise due à l’épidémie Covid-19. Des propositions de réforme étaient déjà débattues ces dernières années mais se sont constamment heurtées aux divergences de vues entre les pays et les groupes politiques. Nous présentons ici les résultats d’une enquête menée en 2018 auprès de membres des parlements nationaux en France, en Allemagne et en Italie sur l’intégration européenne dans des domaines liés au partage des risques et aux institutions budgétaires, en les invitant à exprimer leur opinion sur des propositions telles que la création d’une assurance-chômage européenne, d’euro-obligations (aussi appelées “eurobonds”) ou d’un impôt européen. Nous constatons que la nationalité et l’appartenance politique sont tous les deux des facteurs déterminants du soutien à ces propositions, le premier étant dominé par le second. Nous décrivons les lignes de fracture et tentons d’identifier les points de convergence où un accord politique serait envisageable. L’accord obtenu le 21 juillet 2020 au dernier sommet européen inclut une innovation notable avec des transferts financiers entre les États et l’émission d’obligations européennes : il représente donc un choix parmi les options que nous avions proposées aux parlementaires interrogés. Néanmoins, le plan de relance choisi lors de ce sommet reste ponctuel et laisse donc ouverte la question de l’avenir de l’intégration européenne.

  • French
    Authors: 
    Gerschel, Elie; Martinez, Alejandra; Mejean, Isabelle;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | TRADENET (714597), ANR | IPS (ANR-11-IDEX-0003)

    International audience; Avant de se propager à l’échelle mondiale, l’épidémie de coronavirus est apparue dans la province du Hubei. Pour contenir la propagation du virus, le gouvernement chinois a imposé des mesures de quarantaine, entraînant un ralentissement de l’activité économique. Nous étudions ici la manière dont ce ralentissement de la production, initialement limité à la province de Hubei, se diffuse à l’économie mondiale via les chaînes de valeur internationales. La dépendance à l’égard des intrants chinois a augmenté de manière spectaculaire depuis le début des années 2000. De ce fait, la plupart des pays sont exposés au ralentissement de l’activité en Chine, à la fois directement via leurs importations de produits intermédiaires chinois et indirectement, du fait de la valeur ajoutée chinoise incorporée à d’autres intrants à la production. Cette note quantifie l’exposition totale de la France comparée à celle d’autres pays. Dans un premier temps, nous calculons la part de la valeur ajoutée chinoise dans la production française. Ensuite, nous utilisons des données au niveau des pays et des secteurs pour quantifier l’impact des mesures de quarantaine sur le PIB français.

  • French
    Authors: 
    Salje, Henrik; Tran Kiem, Cécile; Lefrancq, Noémie; Courtejoie, Noémie; Bosetti, Paolo; Paireau, Juliette; Andronico, Alessio; Hozé, Nathanaël; Richet, Jehanne; Dubost, Claire-Lise; +7 more
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: ANR | INCEPTION (ANR-16-CONV-0005), EC | VEO (874735)

    Traduction non relue par les auteurs de "Estimating the burden of SARS-CoV-2 in France" paru dans Science https://science.sciencemag.org/content/369/6500/208 Date de parution : 10 juillet 2020 DOI: 10.1126/science.abc3517; [ATTENTION : LA TRADUCTION DE L'ARTICLE N'A PAS ÉTÉ RELUE PAR LES AUTEURS]. La France a été fortement affectée par la pandémie du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) et est entrée en confinement le 17 mars 2020. À l'aide de modèles appliqués aux données hospitalières et de décès, nous estimons l'impact du confinement et l'immunité actuelle de la population . Nous constatons que 2,9% des personnes infectées sont hospitalisées et 0,5% des personnes infectées décèdent (intervalle de confiance à 95%: 0,3 à 0,9%), allant de 0,001% chez les moins de 20 ans à 8,3% chez les 80 ans ou plus âgés. À tous les âges, les hommes sont plus susceptibles d'être hospitalisés, d'entrer en soins intensifs et de mourir que les femmes. Le confinement a réduit la reproductivité de 2,90 à 0,67 (réduction de 77%). D'ici le 11 mai 2020, date à laquelle les interventions devraient être assouplies, nous prévoyons que 3,5 millions de personnes (fourchette: 2,1 millions à 6,0 millions), soit 5,3% de la population (fourchette: 3,3 à 9,3%), auront été infectées. L'immunité de la population semble insuffisante pour éviter une deuxième vague si toutes les mesures de contrôle sont relâchées à la fin du confinement.

Advanced search in Research products
Research products
arrow_drop_down
Searching FieldsTerms
Any field
arrow_drop_down
includes
arrow_drop_down
Include:
The following results are related to COVID-19. Are you interested to view more results? Visit OpenAIRE - Explore.
3 Research products, page 1 of 1
  • French
    Authors: 
    Boyer, Pierre,; Gerschel, Elie; Raj, Anasuya;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: ANR | IPS (ANR-11-IDEX-0003)

    Approfondir l’intégration européenne? Résultats d’une enquête auprès des parlementaires nationaux allemands, français et italiens; L’Union économique européenne est incomplète, ce qui la rend vulnérable aux chocs macroéconomiques tels que la crise due à l’épidémie Covid-19. Des propositions de réforme étaient déjà débattues ces dernières années mais se sont constamment heurtées aux divergences de vues entre les pays et les groupes politiques. Nous présentons ici les résultats d’une enquête menée en 2018 auprès de membres des parlements nationaux en France, en Allemagne et en Italie sur l’intégration européenne dans des domaines liés au partage des risques et aux institutions budgétaires, en les invitant à exprimer leur opinion sur des propositions telles que la création d’une assurance-chômage européenne, d’euro-obligations (aussi appelées “eurobonds”) ou d’un impôt européen. Nous constatons que la nationalité et l’appartenance politique sont tous les deux des facteurs déterminants du soutien à ces propositions, le premier étant dominé par le second. Nous décrivons les lignes de fracture et tentons d’identifier les points de convergence où un accord politique serait envisageable. L’accord obtenu le 21 juillet 2020 au dernier sommet européen inclut une innovation notable avec des transferts financiers entre les États et l’émission d’obligations européennes : il représente donc un choix parmi les options que nous avions proposées aux parlementaires interrogés. Néanmoins, le plan de relance choisi lors de ce sommet reste ponctuel et laisse donc ouverte la question de l’avenir de l’intégration européenne.

  • French
    Authors: 
    Gerschel, Elie; Martinez, Alejandra; Mejean, Isabelle;
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: EC | TRADENET (714597), ANR | IPS (ANR-11-IDEX-0003)

    International audience; Avant de se propager à l’échelle mondiale, l’épidémie de coronavirus est apparue dans la province du Hubei. Pour contenir la propagation du virus, le gouvernement chinois a imposé des mesures de quarantaine, entraînant un ralentissement de l’activité économique. Nous étudions ici la manière dont ce ralentissement de la production, initialement limité à la province de Hubei, se diffuse à l’économie mondiale via les chaînes de valeur internationales. La dépendance à l’égard des intrants chinois a augmenté de manière spectaculaire depuis le début des années 2000. De ce fait, la plupart des pays sont exposés au ralentissement de l’activité en Chine, à la fois directement via leurs importations de produits intermédiaires chinois et indirectement, du fait de la valeur ajoutée chinoise incorporée à d’autres intrants à la production. Cette note quantifie l’exposition totale de la France comparée à celle d’autres pays. Dans un premier temps, nous calculons la part de la valeur ajoutée chinoise dans la production française. Ensuite, nous utilisons des données au niveau des pays et des secteurs pour quantifier l’impact des mesures de quarantaine sur le PIB français.

  • French
    Authors: 
    Salje, Henrik; Tran Kiem, Cécile; Lefrancq, Noémie; Courtejoie, Noémie; Bosetti, Paolo; Paireau, Juliette; Andronico, Alessio; Hozé, Nathanaël; Richet, Jehanne; Dubost, Claire-Lise; +7 more
    Publisher: HAL CCSD
    Country: France
    Project: ANR | INCEPTION (ANR-16-CONV-0005), EC | VEO (874735)

    Traduction non relue par les auteurs de "Estimating the burden of SARS-CoV-2 in France" paru dans Science https://science.sciencemag.org/content/369/6500/208 Date de parution : 10 juillet 2020 DOI: 10.1126/science.abc3517; [ATTENTION : LA TRADUCTION DE L'ARTICLE N'A PAS ÉTÉ RELUE PAR LES AUTEURS]. La France a été fortement affectée par la pandémie du syndrome respiratoire aigu sévère coronavirus 2 (SRAS-CoV-2) et est entrée en confinement le 17 mars 2020. À l'aide de modèles appliqués aux données hospitalières et de décès, nous estimons l'impact du confinement et l'immunité actuelle de la population . Nous constatons que 2,9% des personnes infectées sont hospitalisées et 0,5% des personnes infectées décèdent (intervalle de confiance à 95%: 0,3 à 0,9%), allant de 0,001% chez les moins de 20 ans à 8,3% chez les 80 ans ou plus âgés. À tous les âges, les hommes sont plus susceptibles d'être hospitalisés, d'entrer en soins intensifs et de mourir que les femmes. Le confinement a réduit la reproductivité de 2,90 à 0,67 (réduction de 77%). D'ici le 11 mai 2020, date à laquelle les interventions devraient être assouplies, nous prévoyons que 3,5 millions de personnes (fourchette: 2,1 millions à 6,0 millions), soit 5,3% de la population (fourchette: 3,3 à 9,3%), auront été infectées. L'immunité de la population semble insuffisante pour éviter une deuxième vague si toutes les mesures de contrôle sont relâchées à la fin du confinement.